fbpx

5 étapes pour passer de prof à web entrepreneur et augmenter ses revenus

Sarah Graff

Lorsqu'il s'agit de mettre du beurre dans ses épinards, je peux vous dire que les enseignants sont assis sur une mine d’or qu’ils n’exploitent pas !

Combien de profs ont conscience de posséder tout un tas de compétences, de capacités qu’ils pourraient utiliser pour augmenter leurs revenus ?

Et s’ils le savaient oseraient-ils seulement l’exploiter ? C’est une autre question …

Moi la première j’ai longtemps cru qu’il fallait tout quitter pour gagner plus, ou qu’il fallait se former et passer un autre diplôme … croyance limitante, ignorance …

Alors qu’en tant que prof, on a déjà tout ce qu’il faut.

Pourtant c’est après 10 ans d’expériences de vie à tâtonner, à tester, à partir dans un sens, puis dans un autre, à prendre des risques, à revenir en arrière, que j’ai demandé à Bertrand Millet de m’accompagner dans la création et le développement de mon activité sur internet ; en bref, à devenir infopreneure.

Aujourd’hui j’ai démissionné et je vis en voyageant mon ordinateur sous le bras.

Pourtant mes expériences et connaissances actuelles en web entrepreneuriat me prouvent que l’on peut parfaitement développer une activité sur le net, tout en gardant le confort du fonctionnariat.

Ma décision fut extrême ; d’autres mixent les 2 : histoire de choix !

La question est donc, pour celles et ceux qui n’ont pas décidé de quitter le navire Éducation nationale : comment faire pour lancer son activité lorsqu’on est prof ? Comment, surtout, ne pas prendre de risque (financier, légal), tout en passant à l’action de façon rapide et efficace ?

 

Cet article présente aux enseignants désireux d’augmenter leurs revenus, les 5 étapes pour lancer leur premier “info-produit” ; comment passer de prof à entrepreneur avec facilité.

Les profs ont une longueur d’avance comme je l’explique dans cet article.

Ces 5 étapes vont simplement vous expliquer comment vous créer un revenu à partir de votre savoir ! Car oui, vous possédez déjà tout !! 

Si toutefois vous êtes prêts à revenir sur beaucoup de croyances, de clichés et d’idée préconçues…

enseignant 2.O

I. Se forger un état d’esprit d’entrepreneur

« La chose la plus précieuse que vous pouvez faire est une erreur. Vous ne pouvez rien apprendre en étant parfait »

(Adam Osborne)

Jamais je n’aurais pensé autant travailler sur moi qu’en devenant entrepreneure. C’est une réelle aventure humaine, un parcours initiatique. L’entrepreneuriat a des effets thérapeutiques car ça demande de se remettre profondément en question, d’être honnête avec soi-même, de prendre des décisions, de lever des tabous, de célébrer les plus petites victoires et de questionner ses croyances, ses valeurs, etc.

Voici mes 7 plus grands apprentissages grâce à l’entrepreneuriat :

  1. Changer ma façon de percevoir mes compétences professionnelles et surtout personnelles

Mes expériences, mon parcours avaient de la valeur et j’apprenais à trouver mes domaines d’expertise. Ça aide du coup à laisser grandir sa confiance en soi.

  1. Trouver mon INTENTION d’entreprendre

Le grand «POURQUOI JE FAIS CELA», «AU NOM DE QUOI» et par conséquent mon intention de vie.

C’est par là que l’on devrait commencer : avant le choix des études, avant n’importe quel choix d’ailleurs : oser se poser la question de ce qu’on veut mettre au centre de sa vie et se créer la vie qui rend tout ceci possible.

  1. Se tromper, faire des erreurs, et le plus vite possible

En tant que prof on en parle pour nos élèves, mais on ne l’incarne pas. En général, un prof n’aime pas se tromper, il cherche à bien faire, commence par un brouillon avant de rendre sa copie …

  1. Ne pas attendre que tout soit parfait avant de commencer

Inutile, voir fatal en entrepreneuriat ! Bien sûr on se met en sécurité, on planifie en amont, on est proactif, et vite, on fonce !

  1. Le marketing c’est passionnant !

C’est ni plus ni moins que de la pédagogie et cela nécessite de l’empathie, de la vraie ; si je crois en la valeur maximale de mon produit, alors je ne vole personne, je ne suis pas marchande de tapis ; non, j’apporte ma solution à des personnes qui en ont besoin.

  1. Me réconcilier avec l’argent

Gagner ma croûte, parler d’argent, de valeur des choses, de valeur du travail, ce n’est pas évident pour une fonctionnaire. Le plus difficile pour moi, je pense. Demander de l’argent de vive voix pour la première fois a été très compliqué, très confrontant et du coup tellement riche d’enseignements. Ce jour là j’étais très fâchée contre le système du fonctionnariat ; je me sentais immature fragile et assistée. Mais lorsque quelque chose pique, c’est qu’il y a un travail perso à engager, un truc à dépasser. Bref, travailler son rapport à l’argent est primordial.

  1. Le changement viendra de moi-même et pas de l’extérieur

Je désire un changement de vie ? Eh bien je me le crée. La magie n’existe pas et attendre un calendrier administratif, ou le bon barème, c’est long, très long …

achieve-1822503_1920

II. Trouver l’idée à fort potentiel économique

Croire en « la bonne idée » est une fausse «bonne idée» !

C’est une erreur commune pourtant, même chez les entrepreneurs.

Le danger de cette croyance ?

Cela peut faire traîner le passage à l’action, et même entraîner un blocage !

Voici très simplement les 3 questions à se poser lorsqu’on a une idée :

  • Mon idée apporte quelle solution ?
  • Ma solution règle quel problème ?
  • A qui ?

Une fois tout cela étant identifié, il suffit de questionner cette « solution » …

  • Est-ce que problème est urgent et réellement problématique ?
  • Est-ce que ma solution résout vraiment le problème ?
  • Est-ce qu’il existe déjà des solutions (si oui, c’est une excellente nouvelle!)
  • En quoi ma solution est-elle (même un peu) différente de ce qui existe déjà?
  • Est-ce que les gens qui ont ce problème sont facilement identifiables (ex: les motards, les femmes de 40 ans …)
  • Est ce que le nombre de personnes ayant ce problème est suffisant ?

Si les réponses vont dans le bon sens, alors oui, cette idée à de quoi créer un fort potentiel économique.

 

III. Comment s’organiser et se sécuriser en tant que prof ?

 

Pour réussir sa transition, il est vital de s'organiser selon un modèle adapté à la situation des enseignants.

Il s’agit de consacrer un vrai temps pour diagnostiquer ses forces et faiblesses et de les mesurer, pour les prendre en considération, de façon réelle et en toute conscience. Les prendre en considération ne consiste pas simplement à faire un état des lieux, mais à devenir pro actif en prenant des décision adaptées. C’est à dire, mettre en place une organisation et des stratégies qui prennent vraiment en compte les forces et faiblesses en présence et surtout ne pas faire l’autruche, car cela se paye un jour en retour.

  1. Se mettre à jour sur l’aspect juridique

Que disent les textes ?

http://www.education.gouv.fr/cid58052/vie-professionnelle-et-situation-personnelle-cumul-d-activites.html

Où trouver les informations utiles :

  • Le site d'aide aux profs qui est devenu « Après prof » : https://www.apresprof.org/
  • Le DRH de votre département
  • Les syndicats

Il y a les lois, les textes et il y a la vraie vie c’est à dire : comment il est possible de « faire avec».

Mon conseil : ne pas se laisser impressionner par ce qui peut paraître comme des impossibilités, si on regarde avec des yeux de fonctionnaires. Certains ont trouvé comment faire avec, et en toute légalité.

Par exemple, la solution qu’a adoptée Sébastien C., professeur des écoles et formateur sur internet, c’est celle du portage salarial.

Et il en existe d’autres ...

  1. Checker ses 3 ressources fondamentales : temps - énergie - argent

Ces 3 ressources sont nécessaires à toute entreprise (personnelle et professionnelle). Prendre l’habitude de les mesurer est salvateur. Pour le sujet qui nous concerne : sachez que ces ressources se compensent, mais que leur insuffisance mène à l’échec !

La méthode est :

  1. Evaluer ce dont on a besoin
  2. Mesurer ce que nous avons
  3. Vérifier l’adéquation
  4. Prendre les décisions adaptées

Quelques pistes :

  • Temps : le minimum pour être fonctionnel est un créneau de 45 min par jour, le mieux étant 2 heures.
  • Energie : en regardant votre agenda, anticipez tes moments où l’énergie sera en baisse (les rushs pro et perso.)
  • Argent : mettez de côté un « trésor de guerre » et ne “jouez” qu’avec ça pour ne rien mettre en péril pour vous ou votre famille. Minimum : entre 100 et 200 euros par mois.
la différenciation en business

IV. Maîtriser les 3 outils pour une activité en ligne

Entreprendre sur internet, reste une des situations les plus adaptées aux profs ; en effet cela permet une souplesse extrême tandis que le rythme de l’école est plutôt figé, tout en offrant du temps. De plus je le rappelle dans cet article, un prof a déjà une longueur d’avance pour se lancer dans le e-learning.

De prime abord beaucoup se disent “Ah bah pour moi c’est mort, je suis nul(le) sur internet!”.

Moi la première cet aspect m’a longtemps freinée.

Et pourtant, les outils à notre disposition en 2019 sont vraiment simples et intuitifs dans leur logique et leur utilisation. Et en cas de blocage, les plates-formes internes et Youtube le cas échéant, offrent une multitude de tutoriels.

Donc il n’est vraiment plus nécessaire d’être expert, ou technicien pour travailler depuis son ordinateur.

Voyons les 3 outils à maîtriser

  1. LearnyBox

C’est la solution tout en 1 pour créer, vendre et animer vos formations en ligne

Grâce à LearnyBox nous hébergeons nos formations sous forme de vidéos, de fichiers audio et PDF. Nous communiquons avec les apprenants. Nous créons les pages internet pour présenter nos offres. Nous gérons les web- conférences. Nous partageons des liens d’affiliation.

LearnyBox offre aussi la possibilité de créer un site internet, avec forum et espace membre et propose un autorépondeur pour gérer les listes mails.

C’est un des outils phares de l’automatisation d’une activité en ligne.

Le niveau de difficulté n’est pas élevé ; il faut un temps d’adaptation et de prise en main. Mais les créateurs ont tout fait pour que l’utilisation soit possible pour un novice. De plus il existe des tutoriels et des coachs à disposition des utilisateurs débutants.

Vous avez quoi qu’il en soit 14 jours d’essai : cliquez ici pour essayer LearnyBox

  1. Getresponse

C’est un auto-répondeur très performant.

Avec getresponse nous pouvons automatiser les mails de façon très stratégique et intelligente et gérer ainsi les listes d’e-mails, les membres des formations, les prospects etc. Et aussi communiquer avec chacun selon son parcours client.

L’analyse statistique y est également très utile pour améliorer son marketing et sa communication.

Ce logiciel externe propose également la création de pages internet et de webinaires : il permet donc l’automatisation du parcours client.

Il y a une offre de 30 jours d’essai.

  1. Business Manager

Il s’agit là de l’outil de gestion des publications et publicités Facebook et Instagram.

Faire de la publicité, cela s’apprend et Business Manager est l’outil parfait pour optimiser ses pubs et trouver ses futurs clients.

Vous connaissez peut être le bouton “Booster la publication” ? Si oui, sachez qu’il s’agit de l’arbre qui cache la forêt ! Business Manager propose de faire des campagnes publicitaires puissantes parce que ciblées, il représente l’arrière boutique de toutes vos Pages Facebook et vous permet de faire un travail de pro.

Bien comprendre cette plateforme c’est le démarrage d’une bonne gestion et d’un travail intelligent et rentable en temps, en énergie et en argent.

Il s’agit de l’entrée du parcours client (appelé Funnel ou Tunnel en web marketing), du début d’une rencontre, d’un échange … inutile d’expliquer à quel point c’est important pour vous, votre relation-client et votre business.

Une autre solution, souvent mise de côté et qui pourtant vaut le coup d’être étudiée, est celle de déléguer pour ne pas vous embêter et de faire ce que vous faites le mieux. Si cette solution vous intéresse, rendez-vous sur cette page.

play-3978841_1920

V. Devenir un as du marketing

Comprendre le marketing c’est tout simplement la clef !

Le marketing a en commun avec la pédagogie l’intention d’apprendre quelque chose aux autres. La spécificité du marketing est d’apprendre aux « prospects » à faire un choix, à répondre à la question : est-ce que ce produit est pour moi.

Et là Bertrand Millet a une stratégie gagnante, qu’il enseigne à ses apprenants et surtout qu’il pratique dans ses business : le «saumon-swagué» !

Le saumon swagué est, en un mot, l’art d’être unique, le secret pour devenir inoubliable.

Voici un format audio qui explique tout cela. Il s’agit d’un des podcasts de Bertrand.

Retenez 5 points importants :

1- Se démarquer

2- Trouver son style

3- Accepter d’être clivant

4- Tout faire pour ne pas plaire à tout le monde

5- Développer son réseau

Bonne écoute => Le saumon swagué https://youtu.be/rOhCdlIsTTk

EN CONCLUSION …

Il existe tout un tas de façons différentes de se créer un revenu lorsqu’on a déjà un métier comme l’enseignement.

Former des gens, les profs savent le faire.

La nouveauté serait en fait d’automatiser le système :

une formation tournerait en boucle, avec des apprenants qui y entreraient grâce à une publicité (sur un réseau social comme Facebook ou Youtube) et intégreraient un parcours lui aussi automatisé.

Et le plus dur du métier finalement : être à l’écoute des futurs clients afin d’optimiser la communication et transmettre le bon message, au bon endroit.

La formation en elle-même, c’est dans la poche …

Je pense que la condition est d’aimer l’humain, d’aimer apprendre, d’être passionné et joueur aussi …

Si vous pensez que cette aventure vaut le coup d’essayer, nous proposons une formation tout à fait démente : Lancer sa première activité en 2 week-end !

Relevez-vous le défi ?

life-3089646_1920

Sarah Graff,

Ex Instit, Maman x2 et web entrepreneure.

14047194_1212368228794350_4911894612106764772_o

Laissez un commentaire